You Are Here : Home » Music » BIC, dix huit ans de carrière et toujours aussi engagé

BIC, dix huit ans de carrière et toujours

aussi engagé

SHARE THIS

Qui ne se souvient pas des débuts fulgurants de l’artiste avec le groupe FLEX? Cette formation musicale, se plaît à rappeler BIC de son vrai Roosevelt Saillant, a grandement contribué à attirer les projecteurs sur l’immense talent du jeune professeur d’anglais qu’il était à cette période.

 

Fidèle à ses engagements, fort de caractère et très laborieux, le chanteur-rappeur vient cette fois-ci avec “Kokorat”, un thème très évocateur dans le milieu haïtien.

 

Six albums à son actif et plusieurs recueils de poèmes dont “Vokabi-Lari” sortie en 2016 faisant également office de titre de son dernier opus, l’interprète de “Yon Ti Kalkil” intègre le club très restreint des artistes haïtiens qui ne chantent uniquement pour plaire à une catégorie mais, qui voit dans la musique et l’art en général un excellent moyens pour dénoncer les tares de notre société. Environ 2 ans après la sortie de "Vokabi-Lari", BIC dévoile le titre de son nouvel album "Biksyonè" qui sera bientôt dans les bacs.

 

Avec plusieurs mégatubes “WOW”, “Lè'm Wè'w”, dans son palmarès de chanteur-rappeur, peut-être dirons-nous que “BIC Tizon Dife” n’a rien à prouver.

 

Doté d’une maîtrise inégalée de la langue créole, BIC répondra “gen anpil bagay nou dwe pale, men pa gen ase bouch pou denonse”.

 

Avec la sortie de son dernier single, BIC dans “Kokorat” réalise ce qu’il fait de mieux à savoir mettre à nu l’enfer dans lequel pataugent certaines catégories sociales.

 

Se penchant sur le cas des enfants de rue (Kokorat), le chanteur s’attaque aux groupes influents de notre société qui profitent de la vulnérabilité de ces adolescents en leur convertissant en des fauteurs de troubles.

 

Pourtant, par ces actions BIC explique que les politiques et les classes économiques ignorent qu’ils travaillent à la négation de leurs propres intérêts. En ce sens, la conjoncture montre très souvent une situation qui échappe à tout contrôle. Habitués à la violence des rues, des caractères forgés à l’élaboration de toute sorte de stratagèmes pour survivre, ces gamins dans leur position de “marginalisés”  représentent à la fois un danger pour eux-mêmes et pour la société.

 

Se faisant à la fois le messager et porte-parole d’une catégorie sociale délaissée (les Kokorat), BIC Tizon Dife s’est octroyé un nouveau chapitre de responsabilité, celui de guider une jeunesse en manque de modèles et dépourvue d’inspiration.


À l'instar de BélO, Jean Jean Roosevelt, les nombreuses casquettes de BIC, musicien, auteur-compositeur, producteur, lui ont valu d’être reconnu comme une ressource sûre de la jeune génération montante sur la scène musicale haïtienne.

Kepsen Monestime

Leave a comment

Copyright © 2020 frantzhitsshow.com  |   Powered & Design by Frantz Roosvelt Romondt